page contents

Rapaces

Ceci proviens du new site que nous avions lancer !

 

 

 

 

 
  1. Dimension minimum obligatoire d’une volière pour les Chouettes !!

    Longueur : 6 Mètre

    Largeur : 2 Mètre

    Hauteur : 2 Mètre 20

    Grillage : de 1 cm

    Les piquets doivent être mis a l’extérieur du grillage ( pour la protection des ailles )

    Dans la volière placer un ou deux perchoirs, voir éventuellement un petit arbuste ou des branches d’arbre.

    Un abris fermer avec perchoir ( pour la protection contre le vent & pluie, aussi pour la nuit ) voir plus d’un mètre carré, y placer sont bac d’eau & un bac de sable ).

    Ceci est la réglementation Belge !!

    Pour placer hors de la volière faire un tipi d’un mètre carré avec un perchoir a 10 cm du sol, ceci si vous rester a ces coté, pour la mettre avec une allonge ( news normes d’Otobre 2012 ) & bien sur un bac d’eau ( 5 cm d’eau ! ) .

  2. L’aigle des steppes

    Est une espèce très proche de l’aigle ravisseur, si bien qu’il y a encore quelques années ils étaient considérés comme une seule et même espèce.

    L’espèce nominale a un plumage brun plus ou moins sombre et, en général, une tache jaune à l’arrière de la calotte.
    La sous-espèce orientalis est plus petite et présente une tache à la nuque faible ou absente.

    Les juvéniles de l’espèce nominale a un plumage beige-brun à brun sombre, souvent pâle et variablement pointé de chamois. En général, ils présentent une tache chamois roux sur la nuque. Les ailes sont brun sombre, la queue est barrée de sombre. Quelques oiseaux sont chamois fauve sur le dessous.
    Les juvéniles de la sous-espèce orientalis sont plus petits et arborent parfois une tache nucale.

    En vol, on distingue les grandes couvertures gris-brun et des couvertures brun sombre comme le corps, ou plus pâles, plus grises. Les taches carpiennes sont indistinctes. Les pennes sont barrées de gris avec un bord de fuite sombre. En général, la gorge est pâle.

    L’aigle des steppes se trouve essentiellement autour de la mer Caspienne, où l’on compte, sans doute, jusqu’à 5 000 couples.
    L’espèce nominale d’Asie centrale hiverne dans le sud de l’Asie, tandis que la sous-espèce orientalis vit dans l’est de l’Europe et l’ouest de l’Asie hiverne en Afrique et dans le sud-ouest de l’Asie.

    Cette espèce affectionne les steppes ouvertes et plates, les montagnes, les collines ouvertes ou boisées et les régions semi-désertiques.

    L’aigle des steppes ne chasse presque pas; il se contente souvent de voler de la nourriture aux autres prédateurs et accompagne parfois les vautours sur les curées des victimes tuées par les lions, dans les plaines d’Afrique.

    Il se nourrit de rongeurs et autres mammifères, oisillons, insectes et il recherche des termites en hiver.

    L’aigle des steppes construit son nid dans un arbre ou à même le sol. Celui-ci est d’ailleurs assez sommaire. La femelle y pondra 2 œufs en avril et les couvera ensuite pendant une période de 45 jours. Les jeunes séjourneront alors 60 jours au nid avant de prendre leur envol.

    Taille : 60-81 cm
    Envergure : 165-214 cm
    Poids : 2500-3500 g

  3. Élanion Blanc

    L’élanion blanc est un rapace de petite taille avec une silhouette de faucon.

    L’adulte a le plumage supérieur gris-bleu et le plumage inférieur blanc. Ses épaules sont noires. Sa courte queue est à peine fourchue et souvent tenue verticale avec des mouvements de hochet. Il a de longues ailes pointues et un corps massif. Chose particulière chez un oiseau de proie diurne : il a les yeux rouges.
    La coloration est identique chez les deux sexes mais le mâle est légèrement plus petit que la femelle.
    Les juvéniles ont un plumage plutôt brun-gris, une calotte striée et des zones noires comme l’adulte. Le dos, les scapulaires, les grandes couvertures et les rémiges ont le bout blanc. Les yeux sont brun grisâtre à orange ou déjà rouges.

    En vol, vu du dessous, le blanc prime tandis que les primaires sont foncées et les secondaires ont des pointes grises. Vu du dessus, c’est le gris qui prime avec le bout des ailes plus sombre, les épaules noires et les côtés de la queue clairs.

    L’élanion blanc se retrouve en Afrique, Asie du Sud-Ouest, Inde, Sri Lanka, Indochine et à l’ouest de la Nouvelle-Guinée. En Europe, on le rencontre dans le sud du Portugal et le sud-ouest de l’Espagne.

    Il a pour habitat les savanes, les steppes, les friches, les espaces semi-boisés, les champs cultivés et les régions semi-désertiques.

    L’élanion blanc se nourrit essentiellement de petits rongeurs, de petits oiseaux, de reptiles et d’insectes (sauterelles).

    Pour chasser, l’élanion fait souvent le « Saint-Esprit » ou se tient à l’affût sur des pylônes électriques, poteaux télégraphiques et sommets d’arbres secs.

    L’élanion blanc construit un petit nid à structure lâche, dans un arbre épineux. La femelle pond 3-4 œufs en avril. Elle les couve seule pendant 25-28 jours. Les jeunes séjourneront 30-35 jours au nid avant de prendre leur envol. Les élanions sont sociables et vivent souvent en petites bandes.

    Taille : 31-37 cm
    Envergure : 77-92 cm
    Poids : 230-240 g

  4. Faucon Hobereau

    Le faucon hobereau est un petit faucon gracile aux fines ailes pointues en forme de faux et à la queue carrée ou à bout parfois cunéiforme.

    L’adulte mâle de l’espèce nominale a le dessus ardoisé sombre, avec la nuque souvent légèrement teintée de roux. La tête, les moustaches et la bande parotique sont noirâtres, les joues de couleur crème et présence d’un court trait crème au-dessus des yeux. Le dessous est chamois/chamois roux avec des stries noirâtres, plus marquées sur la poitrine, mais les culottes et le bas- ventre sont roux, unis ou à peine striés.
    La femelle est plus grande et plus brune en comparaison du mâle.
    Les oiseaux méridionaux tendent à être ardoisé plus pâle sur le dessus et crème à chamois sur le dessous.
    La sous-espèce streichi est plus petite et plus pâle.
    Les juvéniles ont le dessus plus brun, tout liséré de roux chamois. Les culottes et le bas-ventre sont chamois ou chamois roux terne. La cire est bleuâtre. Les pattes sont vertes puis jaunes.

    En vol, mâle et femelle se ressemblent avec la gorge crème, la poitrine striée et le bas du crops rouille. Les couvertures sont blanchâtres à chamois roux barrées/tachetées et les rémiges gris pâle barrées donnent un aspect gris aux parties inférieures. La queue est barrée.

    L’aire de répartition du faucon hobereau comprend l’Europe, sauf les régions septentrionales, l’Afrique du Nord et une large bande à travers le centre de l’Asie, jusqu’au nord de l’Inde et l’est de la Chine. Ses zones d’hivernage comprennent le sud
    de l’Afrique et de l’Asie.
    La sous-espèce streichi se retrouve uniquement dans le nord-est de la Birmanie, le nord de l’Indochine et le sud-est de la Chine.

    Il aime les paysages ouverts, les tourbières, les landes à bruyère, les bordures de lacs, les lisières de forêts sèches et claires et les plaines riches en zones humides.

    Il se nourrit de petits oiseaux, d’insectes volants et, à l’occasion, de petits mammifères. Il chasse surtout au crépuscule, quand les oiseaux regagnent leurs dortoirs et que les insectes sont plus abondants. Très occasionnellement, il peut chasser la nuit à la lumière d’une lune claire. Il peut même alors capturer des chauves-souris.

    Grâce à sa vitesse et à son don pour les acrobaties aériennes, le hobereau peut aisément poursuivre et capturer ses proies en plein vol. Il les saisit de ses serres, soit lors d’un vol rapide et maîtrisé, soit en piquant, soit en s’élevant en un vol circulaire.

    Les couples d’hobereaux durent toute une saison et parfois plus longtemps. Ceux-ci recherchent un vieux nid de corneille, de corbeau ou d’épervier, généralement dans un alignement d’arbres ou un boqueteau peu fourni. Ils aplatissent l’aire avec
    les pattes et la modifient à leur guise. Certains nids sont réutilisés pendant plus de 4 ans. La femelle peut occuper le nid une semaine avant d’y pondre 2-4 œufs. Elle assure l’essentiel de l’incubation, parfois relayée par le mâle. Les jeunes éclosent
    au bout de 28-31 jours, fin juin ou en juillet. Ils quittent le nid après environ 4 semaines, la famille restant groupée jusqu’à l’automne.

    Taille : 28-36 cm
    Envergure : 68-86 cm
    Poids : 150-340 g

  5. Chouette de l’Oural

    La chouette de l’Oural est une grande chouette reconnaissable de par son grand disque facial et sa tête particulièrement ronde.

    L’adulte a un plumage gris clair avec de fortes rayures brun-noir. Les ailes et la queue sont fortement barrées. Le grand disque facial est gris clair ou brunâtre. Le bec est jaune paille. Les griffes sont de couleur brun-jaune à pointes brun sombre. Les yeux relativement petits sont brun-noir.
    Les deux sexes sont de coloration identique, la femelle est un peu plus forte que le mâle.
    En vol, le dessus des ailes est uniformément rayé de sombre, sans la zone pâle à la base de la main comme chez la chouette lapone et le hibou des marais.
    La queue uniformément barrée est bien visible.

    On trouve la chouette de l’Oural du nord de la Scandinavie jusqu’à Sakhaline et au Japon, en passant par le nord de la Russie et la Sibérie. Elle habite aussi les Carpates, en ex-Yougoslavie, en Albanie et dans les Alpes orientales.

    Elle aime les vieilles forêts de feuillus, de conifères ou mixtes, avec de nombreuses clairières, souvent à proximité de l’eau. En Sibérie, elle habite aussi les parcs.

    Elle se nourrit principalement de campagnols et de musaraignes, mais aussi d’autres petits mammifères jusqu’à la taille d’un écureuil. Plus rarement, elle chasse des oiseaux jusqu’à la taille d’une corneille ou d’un pigeon, des amphibiens et des insectes.

    La chouette de l’Oural ne chasse de jour qu’au moment de l’élevage des jeunes. Elle chasse de préférence dans des zones ouvertes et guette ses proies depuis un poste d’affût surélevé.

    Les chouettes nichent dans d’anciennes aires de grands rapaces et dans des cavités d’arbres. Elles utilisent aussi les nichoirs artificiels mis à leur disposition. La femelle pond 3 à 4 œufs en mars-avril. Elle les couve seule durant une période de 28 jours. La femelle est alors ravitaillée par le mâle et ne recommence à chasser que peu de temps avant que les jeunes ne quittent le nid. Ceux-ci le feront après un séjour de 34-35
    jours au nid.
    La chouette de l’Oural devient très agressive lorsque les petits vont quitter le nid, pouvant alors s’attaquer aux intrus trop proches du nid. A 6 semaines, les jeunes sont
    capables de voler mais sont cependant nourris encore quelque temps par les adultes.

    Taille : 50-61 cm
    Envergure : 103-125 cm
    Poids : 700-900 g

 

Date de dernière mise à jour : 07/08/2014

 

UA-23169078-2

choregraphies danses country,trucs astuces divers,video musique,poemes,blagues,recettes,hommage au 2 eme R.E.P,les maladies humaine,divers serpents,lancement aqua eau douce,divers poissons,histoire de la belgique,ANIMAUX LES PLUS VENIMEUX,JARDINAGE,POTAGER,FLEURS,SAISON F 1 - 2013,poissons d'eau douce chaude,La Loi pour Fauconnerie,Reptiles,liens officiel de divers lois & autres

 spampoison

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×